Le manifeste réactionnaire 2014

Après le délire du manifeste lesbien de 1999, qui a si bien fonctionné depuis 15 ans, je vous soumets le manifeste réactionnaire 2014.

puf

Ainsi le corps n’est pas un seul membre, mais il est formé de plusieurs membres. […] Et si un membre souffre, tous les membres souffrent avec lui; si un membre est honoré, tous les membres se réjouissent avec lui. (Saint Paul).

Humanité, Altérité

Nous récusons un quelconque sens à l’Histoire. Nous ne sommes pas pour l’émergence d’un Homme Nouveau, ni pour la résurrection d’un prétendu Homme Ancien. Nous sommes pour l’épanouissement de l’Homme, ici et maintenant.

La dignité de l’Homme est par essence supérieure au monde animal et végétal. Elle est aussi supérieure aux contraintes économiques ou aux envies privées.

L’épanouissement de la société se fait dans l’altérité sexuée. Nous réfutons l’indifférenciation comme principe général, qui mène à la guerre des sexes.

De la même manière, nous refusons l’indifférenciation culturelle et le métissage imposé comme horizon indépassable du progrès. Nous considérons les frontières comme autant de richesses, nous promouvons l’altérité culturelle contre l’uniformisation mondialisée, l’enracinement contre le nomadisme.

  • Arrêt des programmes idéologiques à l’école
  • Arrêt des discriminations positives au profit de « minorités »
  • Retour à une Europe de coopération et dénonciation du traité de Maastricht et des traités postérieurs
  • Changement des règles de naturalisation pour valoriser la filiation, arrêt du regroupement familial et des régularisations massives, arrêt de l’immigration de peuplement

Libertés

La société est fondée sur le don et non sur le contrat. Tout contrat entre adultes consentants n’est pas forcément licite. En cela, nous rejetons la racine même du libéralisme.

Néanmoins, l’exercice du pouvoir doit être délégué par les Français aux instances gouvernantes, selon le principe de subsidiarité. L’Etat ne peut s’arroger le droit d’intervenir dans les domaines que l’échelon inférieur peut parfaitement traiter. En cela, nous rejetons le principe d’étatisme et de collectivisme.

  • Liberté d’expression complète et abrogation des lois dites mémorielles
  • Liberté de religion et liberté de se vêtir (y compris le voile, dans la limite des mesures de sécurité)
  • Fin des subventions aux associations, fin des niches fiscales et des aides aux entreprises
  • Fin du service public de télévision et de radio, fin des subventions à la presse
  • Fin des politiques incitatives en matière de santé et de comportement
  • Réduction des normes et règlements, suppression des effets de seuil
  • Rétablissement du contrôle monétaire et possibilité exceptionnelle de nationalisation des entreprises

Institutions

Selon le principe de subsidiarité, les échelons supérieurs ne peuvent avoir pour objectif de s’immiscer dans les échelons inférieurs. Plus largement, le rôle de l’Etat n’est pas d’assurer le bonheur privé, mais d’éloigner les malheurs publics.

  • Diminution sensible des prérogatives de l’Union Européenne, pour favoriser les accords multi-latéraux de coopération
  • Fin des subventions aux programmes de l’OMS, UNESCO et ONU
  • Arrêt du financement public des partis
  • Diminution du nombre de députés et alignement sur le régime commun (impôts, retraite)
  • Recentrage de l’Etat sur ses fonctions régaliennes (Police, Justice, Armée, Affaires Etrangères, Finances) et stratégiques (Energie, Transports, Industrie, Tourisme, Agriculture, Santé)
  • Suppression du Ministère de la Culture, du Droit des Femmes, de la Décentralisation, des Affaires Européennes, de l’Ecologie, de la Réussite éducative, du Redressement Productif, de l’Economie Sociale et Solidaire, des Personnes Âgées, de l’Egalité des Territoires, des Sports et de la Jeunesse
  • Introduction du référendum d’initiative populaire

Famille

La famille est la cellule de base de la société. Ecosystème fragile, elle doit être protégée, renforcée et proposée au plus grand nombre. La famille, premier lieu de solidarité de proximité, permet de renouveler les générations, d’éviter la paupérisation, de réduire la délinquance et l’illettrisme et surtout de protéger le plus faible. C’est un bienfait social qui doit être développé dans le cadre d’un engagement social, le mariage.

  • Une préparation au mariage civil sera obligatoire
  • Tous les statuts intermédiaires de type PACS, Union Civile, doivent être supprimés. Dans toutes les situations, la fiscalité doit être à l’avantage des couples mariés
  • Le divorce aura pour conséquence l’abandon de l’ensemble de ces droits. Il ne pourra pas être obtenu par consentement mutuel
  • La présomption de paternité sera maintenue afin de contraindre l’homme à protéger sa conjointe et ses enfants
  • L’IVG sera progressivement déremboursée, puis enrayée. Les structures d’accueil des mères seront multipliées
  • Le dimanche sera chômé en France, hors zones touristiques et commerces de proximité

Education

Les parents ont le droit de choisir le type d’éducation qu’ils souhaitent pour leurs enfants. L’Ecole Publique ne doit pas dire le Bien, elle doit apprendre aux élèves à lire, écrire et compter.

  • L’Education Nationale sera remplacée par l’Instruction Publique. Les IUFM seront démantelés
  • Le certificat d’études sera rétabli; l’orientation professionnelle pourra avoir lieu dès 13 ans; le baccalauréat retrouvera le niveau validant l’accès aux études supérieures; les enseignements et les exigences seront strictement les mêmes sur tout le territoire
  • Les uniformes seront progressivement réintroduits, pour protéger les enfants des familles modestes et réduire les vols en milieu scolaire; la mixité sera progressivement réduite, dans le primaire puis dans le secondaire
  • La sélection sera rétablie dans les universités; des bourses seront remises aux élèves méritants

Justice

Le rôle de la sanction judiciaire est de protéger la société dans son ensemble. Le nombre de places de prison sera considérablement augmenté pour permettre à la justice de faire son travail.

  • Doublement du nombre de places de prison
  • Rétablissement de la double peine (expulsion des étrangers)
  • Politique ferme de reconduite aux frontières
  • Référendum sur la peine de mort
  • Etablissement du principe de responsabilité envers les magistrats qui n’appliquent pas le droit
Publicités


Catégories :Idéologie

Tags:, , , ,

69 réponses

  1. A reblogué ceci sur Le Petit Conservateur Palaisienet a ajouté:
    Une belle initiative de François, animateur du blog « Droite d’avant ». Un premier pas vers une structuration politique du renouveau réactionnaire né de la contestation du mariage pour tous. On peut ne pas être d’accord sur tout, le but est de discuter puis de répercuter cela autour de soi et dans les structures dans lesquelles on milite.

    A vos claviers !

  2. A reblogué ceci sur Le blog de Fikmonskovet a ajouté:
    A part sur le titre lui-même – je pense que nous devrions bannir le terme « réactionnaire » de notre lexique -, je n’ai rien à redire à aucun des points.

    Il y a évidemment des choses à préciser, à nuancer, à retravailler, mais cet article me semble une très bonne base.

    Merci à Droite d’avant, que je découvre par la même occasion.

    • Bienvenue Fikmonskov (et très honoré de vous avoir pour lecteur)!

      Sur le terme réactionnaire, il est très imparfait dans la mesure où je ne crois pas au « sens de l’histoire ».

      Selon Marx, le réactionnaire est celui qui veut revenir en arrière, donc faire tourner cette roue de l’histoire en arrière. Difficile donc de prétendre faire tourner en sens arrière une roue qui n’existerait pas. Selon Nicolas Gomez Davila, Dieu n’intervient pas dans l »histoire. Il n’intervient que dans les âmes.

      D’un autre côté, Marx classe Proudhon dans les réactionnaires, ce que je trouve honorable. Michéa serait selon lui un autre réactionnaire. Je prends aussi. Nous ne sommes donc pas dans un clivage droite-gauche classique, ni catholiques contre les autres.
      Enfin, les huguenots sont arrivés à transformer un terme péjoratif (« protestants ») comme un mot neutre les désignant.

      Un autre terme plus adéquat pourrait être contre-révolutionnaire. Mais quand on vient de prétendre que la roue de l’histoire ne tourne ni dans un sens ni dans l’autre, difficile de parler de la révolution française (bien que 1789 soit probablement le nœud du problème, comme l’a si bien décrit Vincent Peillon).

      Mais si vous parvenez à forger un mot nouveau, dites-le moi, je l’utiliserai avec joie!

      • Nous sommes donc d’accord. Pour ma part, j’utilise contre-révolutionnaire, ça me semble être plus cohérent : sans croire à un sens de l’histoire, on peut quand même constater qu’un événement a infléchit son cours durablement, profondément, et dans un sens qui nous semble mauvais. Être contre-révolutionnaire ne veut pas dire vouloir revenir à avant la Révolution française, mais vouloir lutter aujourd’hui contre la logique révolutionnaire, qui est toujours à l’œuvre.

        Je partagerai probablement votre article sur mon blog un de ces jours (le reblogage n’a pas fonctionné comme je le pensais, et j’ai de toute façon déjà publié aujourd’hui), avec cette mise au point.

        Merci.

      • je me suis permis à mon tour de rebloguer cet article !!
        je suis bien d’accord sur de très nombreux points notamment sur l’éducation (qui me concerne au premier plan) et la justice.
        le terme réactionnaire n’est pas à bannir, à mon avis, de notre champ lexical et veut tout simplement évoquer le fait que nous sommes « en réaction » au système de valeurs actuel, et que notre désaccord prend racine dans notre histoire, qu’il est fondé sur certaines valeurs séculaires issues du passé mais surtout issues de l’expérience des anciens après des siècles de réflexions.
        bien à vous tous.
        p.s. : bravo Fikmonskov pour votre blog que je suis depuis un moment, bravo pour votre investissement dans la cause de la manif pour tous.

  3. belle initiative même si il y a des points que je ne saurais valider.tel quel.

    3 exemples:

    Suppressions des IUFM, pkoi pas, mais comment assurer la formation des enseignants en ce cas?
    Chacun doit etre libre de faire ce qu il veut de son dimanche y compris de travailler (sous base du volontariat)?
    Pourquoi vouloir mettre fin a la mixité dans les écoles et dans le secondaire ?

    cordialement

    • Pour la mixité, bon nombre d’écoles hors contrat pratiquent la non mixité et les résultats sont surprenants. Idem au Royaume – Uni.
      Les IUFM n’ont pas toujours existé, le tu tort me semble plus approprié car plus en prise avec le réel et offre l’avantage de mettre un frein aux thèses pédagogistes

    • Merci Corto! Je suis sûr qu’il y a plus de 3 exemples, mais commençons par cela.
      – L’inconvénient des IUFM est le pédagogisme. Les cadres sont noyautés d’idéologues qui inculquent des préceptes hallucinants – http://www.lemonde.fr/societe/article_interactif/2009/02/24/l-iufm-ce-que-l-education-nationale-a-de-pire_1159878_3224.html
      La formation des maîtres était assurée par les écoles normales et les écoles normales supérieures, qui remplissaient la même fonction en plus technique et moins idéologique
      – Le travail du dimanche est une pierre d’achoppement plus importante. Sans revenir sur tous les arguments que j’avais développé dans « Travail du dimanche: non possumus », il me semble important de signifier que le repos du corps social est important, que la liberté des employés est faible quand il y a 5 millions de chomeurs, etc.
      – Pour le primaire, les garçons se développent moins vite que les filles. Pour le secondaire, j’ai reçu une éducation dans un collège non-mixte. Repousser les problèmes de drague, de paraître, de sorties de quelques années me semble assez salutaire. Un gamin de 15 ans est mieux sur un terrain de rugby que dans le pieu de sa quinzième copine. C’est assez réactionnaire, mais c’est justement le but 🙂

      • Et dans la France d’avant, quand on réussissait au CAPES, on était affecté en double sur le poste d’un prof chevronné et reconnu comme tel.
        Ce « stage » de formation durait une année scolaire !
        Le bébé prof observait, discutait avec son « tuteur-formateur » et se lançait dans le grand bain, apprenait de la critique qui lui était faite.
        Aujourd’hui, le bébé prof est lancé sans filet… et se ramasse, puis démissionne.

      • assez d’accord sur tout, y compris sur le fait que c’est quand même pas demain la veille qu’on aura fini d’en discuter. Je suis encore ce gamin de quinze ans qui a pu coucher, tout un tas de belles choses de jeunesse enrôlée, et faire du rugby… !
        Comme mot à coller par dessus réac, révo, contre révo, ça c’est bien vrai qu’il n’y a pas de Roue, j’aime bien impérialiste. Vous devriez voir ce qu’on fait de tout çà à Tahiti. Pour presque rien… au plaisir de vous lire.

  4. Comme les commentaires semblent arriver également chez moi, je vous livre celui-ci :

    De Jmespe :

    Bonsoir
    mmm oui, le problème apparaît bien : la droite est plus que jamais divisée

    Le premier paragraphe « humanité » fait trop communiste à mon goût.

    Autre ex: si on est libéral on est anti patriotique (et vice -versa)
    Le paragraphe « liberté » est bien libertaire (jusqu’au voile !!!)
    et les libéraux nous aident à combattre les communistes, mais trop de liberté menace la notion même de société à mon avis

    Je remarque aussi un gros absent : Le paragraphe « royaume » (ou « pays » pour les plus républicains !!!) pas d’identité nationale, pas de culture

    Enfin, le plus gros point idéologique est aussi manquant : le nomadisme .
    Aucun moyen de s’en protéger dans ce manifeste, alors qu’il est outrageusement privilégié de nos jours .
    Or le nomade est irresponsable (puisqu’il va partir) et NON-constructeur par excellence; Il est donc une source majeure de nos problèmes.

    • Du coup, je vais aller répondre chez vous, ça sera plus rapide!

    • @Koltchak
      « si on est libéral on est anti patriotique (et vice -versa) »

      Non, c’est faux. En revanche on est anti-nationaliste, ça oui.

      Le patriotisme c’est l’amour des siens, le nationalisme c’est la haine des autres. Je suis patriote, pas nationaliste.

      • Bonjour chers tous !
        Comme il me semble l’avoir déjà écrit sur le blog de Skandal qu avait édité cette phrase de Romain Gary il y a un moment : il n’y a pas vraiment de différence entre ces deux mots.
        Romain Gary a cherché à faire un bon mot et il a réussi mais sur le fond, il est dans l’erreur !
        Il suffit d’aller voir les définitions de ces deux mots qui sont considérés comme synonymes.
        Le patriotisme est en fait l’attachement sentimental à sa patrie se manifestant par la volonté de la défendre, de la promouvoir.
        Le nationalisme est plus l’aspect doctrinaire du patriotisme, basé sur l’exaltation de l’idée de nation et sur la conscience d’appartenir à une même communauté par la langue, la culture.

  5. Très beau texte, avec lequel je suis en grande partie d’accord (à l’exception notable du chapitre Famille). J’ai particulièrement aimé la formule suivante : « le rôle de l’Etat n’est pas d’assurer le bonheur privé, mais d’éloigner les malheurs publics ».
    Cela dit, je trouve le titre mal trouvé, j’ai plutôt eu l’impression de lire un programme politique, ce qui a le malheur d’entraîner instantanément des divergences. Je m’explique. Sur le fonds, pour l’école, je suis totalement d’accord avec le principe énoncé : « L’Ecole Publique ne doit pas dire le Bien, elle doit apprendre aux élèves à lire, écrire et compter. » Mais les modalités énoncées après me dérangent, même si je suis d’accord avec certaines. Les uniformes je suis pour, la non mixité je m’en fous, la suppression de IUFM je suis contre (il faudra bien toujours former les instits, qq soit le nom qu’on donne à ces écoles). Mais, dans les trois cas, on est dans le détail. Le problème de l’école en France ne sera pas résolu juste avec des uniformes ou des classes de garçons !

    • Merci! Je me suis inspiré du manifeste lesbien, qui énonce quelques principes importants et décline ces principes en propositions symboliques.
      C’est sûr que ce n’est pas l’uniforme qui va sauver l’école. Sauf que ceux qui vont s’y opposer farouchement sont ceux qui véhiculent les idéologies destructrices de l’école.
      Pour le chapitre Famille, bien que je sois un ultra-réactionnaire catholique intégriste (selon M Valls), on peut adopter l’approche de Napoléon: on ne promeut pas la famille pour des raisons idéologiques, mais pour des raisons pratiques. Le couple durable limite la paupérisation, favorise la sociabilisation, limite la délinquance, assure le renouvellement des générations. En face d’un engagement social qui est le mariage, l’Etat offre des avantages, notamment fiscaux. Rien de divin ou moral là-dedans. Les autres couples sont libres de mener la vie qu’ils souhaitent, ils n’auront juste pas le droit aux avantages sociaux du mariage.

      • Je pense que j’aurais droit aux mêmes qualificatifs de la part de M. Valls, bien que je ne sois ni catholique ni même croyant. C’est également en raison de cette croyance en certaines valeurs qui déplaisent tant aux « modernoeuds » que je ne me suis jamais marié, je pense. Pour moi, héritage culturel sans doute, le mariage ne saurait être que religieux, un engagement sacré devant Dieu ou une entité suprême de son choix, et j’aurais trouvé malhonnête de souscrire un tel engagement sur la vie.
        Mes parents (gauchistes), ceux de ma compagne (gauchistes également) se sont mariés pour des raisons matérielles (facilités de mutation conjointes) et n’ont aucun respect pour cette institution. Ils sont toujours ensemble. S’ils ne s’étaient pas mariés, ils le seraient également. Ce que je veux dire, c’est que la pérennité d’un couple, au vu de cette triple expérience personnelle, ne dépend pas d’un contrat « extérieur » au couple mais juste de sentiments et d’efforts personnels. Des avantages fiscaux ou autres ne sont pas, selon moi, de nature à pérenniser cette institution qui, je partage votre avis, est essentielle à une société humaine.

    • Les IUFM ne forment pas les profs, c’est une fumisterie.

      Si ils les formaient, nos résultats ne seraient pas ce qu’ils sont.

    • C’est pas bien de se foutre de la non mixité, vous oubliez les structures internat, un peu vite je trouve. Trancher ce point du débat n’est pas affaire d’opinion mais d’expériences plus malheureuses que la votre sans doute. Preuve est faite que pour ce que la société veut en faire, les jeunes garçons réussissent mieux entre eux. Les jeunes filles aussi y trouvent un bien-vivre l’instruction supérieur. Imaginez qu’elles ne seront plus obligées de se voiler. Un point non négociable selon moi

  6. Je viens de découvrir votre « manifeste » chez notre ami commun Koltchak et je dois dire que j’y souscrit en grande partie. Comme beaucoup, je préfère le terme « contre-révolutionnaire » à celui de réactionnaire. Pour moi, le déclin ne date pas de 1968, mais de la révolution dite française et peut-être même plus loin ,dans la prétendue réforme protestante.

    Ceci dit, ce me semble être une bonne base pour reconstruire le pays.
    permettez, que je re-blogue votre billet sur mon blog.
    Cordialement.

  7. d’accord avec tout en gros, peut-être pas avec le voile, qui est un asservissement de la femme.
    Il existait auparavant en France et n’a plus cour, pourquoi le réintroduire ?
    La France étant un pays laïque de tradition catholique, la religion musulmane n’a pas à imposé le symbole de l’asservissement de la femme à l’homme (et ses conséquences, pour certaines population une femme non voilée, en jupe, est une provocatrice).

    • La question du voile est épineuse. Comme toute la question « musulmane » au sens plus large.
      Etant donné les structures dans lesquelles nous vivons, il est difficile d’empêcher les femmes musulmanes qui le souhaitent de mettre un voile (voile qui ne doit pas couvrir le visage pour raisons de sécurité). Sinon, la République laïque pourra empêcher tout signe religieux, comme par exemple les croix sur les églises, les calvaires au bord des routes, etc.
      Je comprends que beaucoup se plaignent de la République laïque qui impose ce genre de choix. Mais il faut bien garder des propositions pour le manifeste 2029! 🙂

  8. Pareil que Corto… Il y a des choses intéressantes mais incohérentes. Par exemple : « fin des niches fiscales » mais « la fiscalité doit être à l’avantage des couples mariés »… Faudrait savoir.

    Quand à la fin de la mixité, l’interdiction de l’IVG, une volonté d’un retour de la peine de mort, préparation au mariage civil obligatoire, liberté de se vêtir y compris le voile ou la nationalisation des entreprise, voila ce qui fait que je ne suis pas réactionnaire.

    Cela reste de l’étatisme et je n’en veux plus.

    Mais c’est une bonne base sauf que cela confirme effectivement que je ne suis ni réactionnaire ni conservateur.

    • Skandal, malgré toute l’affection que je vous porte, vous n’êtes en effet pas réactionnaire au sens bouseux du terme. Vous êtes en réaction contre l’étatisme généralisé, la gabegie publique et la République des coquins.
      Pour les niches fiscales, j’aurais dû préciser « hors politique familiale » pour être cohérent. Merci de l’avoir noté.
      Pour la nationalisation (exceptionnelle) des entreprises, c’est en effet fort peu libéral. Par exemple, le jour où le Qatar m’emmerde, je nationalise tous ses avoirs en France. Ils se rendront compte à ce moment que les dollars ne sont rien, et que la puissance d’un Etat se réduit à son armée et ses alliances.
      Pour la préparation au mariage civil, ce n’est nécessaire que pour ceux qui veulent se marier et donc bénéficier des avantages liés à cette situation. Ceux qui ne veulent pas se marier, qu’ils fassent exactement ce que bon leur semble.
      La question du couple est intéressante, dans la mesure où elle devient un enjeu politique. Pourtant le couple n’est rien. Ce n’est pas parce que deux personnes s’aiment qu’elles doivent avoir des réductions fiscales. L’Etat se fiche de l’amour que vous portez ou non à votre compagne (ou compagnon). C’est même discriminatoire par rapport aux célibataires! L’exemple de François Hollande illustre ceci très bien. Trierweiler et maintenant Gayet n’auraient jamais dû apparaître sur l’écran. Aucun lien contractuel avec le Président -> pas d’existence protocolaire.

  9. Excellent. Je propose quelques ajouts :

    – Sur la famille, j’ajouterais la reconnaissance du mariage religieux et par conséquent la non-obligation de passer par la mairie.
    – De plus, je proposerais un statut privilégié pour les Mères au foyer. Ce sont bien elles qui font de nos enfants des adultes et qui les empêchent de devenir des voyous !
    – Libertés : interdire les drogues telles que le cannabis et fermer les salles de shoot.
    – Interdire la prostitution et la pornographie (jusque dans nos kiosques à journaux).
    – Ne faut-il pas également réformer l’armée (service militaire/civil obligatoire) ? Celui-ci avait la vertu de mixer les classes sociales et de promouvoir le patriotisme.
    – Je me demande s’il ne faut pas ajouter quelques points sur l’économie (agriculture, industrie, chômeurs, finance …) ?
    – Droit de vote : j’ai le doux rêve qu’il soit sanctionné par un petit diplôme qui justifie d’un minimum de connaissances.
    – Sur le titre « manifeste réactionnaire », qui provoque des réactions justifiées, je propose d’utiliser le mot « valeurs » qui introduit le sujet positivement, par exemple « Manifeste des valeurs françaises ». A voir.

    • Merci « Kid Avenger » et bienvenue sur le blog!
      – Pour le mariage religieux, je suis d’accord avec vous sur le fond. Néanmoins, vu le faible taux de pratique en France, inciter les gens à avoir un mariage au moins civil a des mérites sociaux certains. Ce serait dommage de les cantonner aux seuls croyants. Je crois savoir que vous êtes Lyonnais. Consultez Aude Mirkovic sur le sujet!
      – Mères au foyer: déjà, arrêter de vouloir les mettre systématiquement au boulot comme dans les rêves de Najat serait pas mal. Le maintien du quotient familial et du foyer fiscal sont le minimum. Pour passer au stade d’après, je laisse le soin aux politiques de le faire
      – Pour le cannabis, j’avais écrit un billet sur le sujet https://droitedavant.wordpress.com/2013/05/20/la-blague-de-la-lutte-contre-le-cannabis/
      – Pour le service militaire, il est difficile de confier à l’Armée le soin d’éduquer la jeunesse. C’est surtout le signe de la faillite de l’Education Nationale. Mais pourquoi pas?
      – Pour l’économie, il ne faut pas interdire que l’Etat puisse intervenir là où les acteurs ne peuvent rien faire à leur niveau (selon le sacro-saint principe de subsidiarité). Nous ne sommes pas libéraux, mais pas collectivistes non plus. La mise en oeuvre du manifeste doit passer par une baisse significative du poids de l’Etat dans l’économie. Les chiffres de la période Pompidou sont une bonne référence: une politique industrielle volontaire, mais un poids de l’Etat quasiment réduit de moitié par rapport à aujourd’hui.
      – Sur le droit de vote, je suis contre un suffrage censitaire ou aristocratique. La politique, c’est la connaissance de l’Homme, pas de la technique. Par ailleurs, si les gouvernements refusent quasi-systématiquement les référendums, c’est que le Peuple a plus de bon sens que ses élites! Ne nous coupons donc pas de cette base raisonnable
      – Pour le titre du manifeste, il est volontairement provocateur. Il n’a pas vocation à devenir un programme politique, mais simplement à exprimer la radicalité d’une minorité. A nouveau, il faut le rapprocher du manifeste lesbien: des propositions radicales portées par une minorité, mais qui ont infusé en France et en Europe

      • Ok pour ces remarques.
        Sur le droit de vote, tout de même, je n’imagine pas le petit diplôme comme une sanction empêchant les classes moins aisées/cultivées de voter, mais au contraire une mini-formation qui permette aux électeurs de comprendre notre mécanisme bi-caméral, nos institutions, et par conséquent de s’intéresser aux enjeux de la politique. Il faut voir cela comme une formation, et une chance.
        Je compte là-dessus pour :
        – élever le nombre de votants (on peut aussi donner une amende aux non-votants comme dans d’autres pays d’Europe).
        – élever le débat (les politiciens ne pourront plus s’adresser aux Français comme à des boeufs)
        – écarter le risque de voir Philippe Poutou se présenter comme candidat aux présidentielles.

  10. Excellente initiative que ce Manifeste! Je ne partage pas tous les points, mais ce n’est grave car, quand on y réfléchit, les réacs sont un peu comme les écolos: il est illusoire de croire qu’on va tous les mettre d’accord. Toujours est-il que ce manifeste est une bonne base de réflexion.

  11. Chapitre « Justice », je remplacerais la double-peine par une peine zéro.
    Extrait du Nonagone de l’Artilleur :

    HEXO : Peine zéro pour les condamnés étrangers.
    Les ressortissants étrangers condamnés au pénal seront remis à l’administration pénitentiaire de leur pays de naissance avec lequel sera passé un traité de collaboration, munis d’un « viatique » calculé sur la moitié du prix de journée en prison française. Les économies de places et de programme de constructions seront significatives, et la mesure éventuellement dissuasive.
    RA+
    La question de la surpopulation carcérale est centrale dans le budget de la Justice, l’enfant délaissé de la République. Se séparer des condamnés étrangers allégerait d’autant le stress sur l’institution et procurerait aux pays d’accueil des moyens financiers pour assurer leur réinsertion au pays natal et améliorer leur système carcéral dans un cadre coopératif.
    Source : http://royalartillerie.blogspot.fr/2012/02/nonagone-lartilleur.html

    Il n’est pas fait état de l’effet dissuasif provoqué par le risque de faire 20 ans à… Goma par exemple, en engraissant le chef de la prison locale en euros. Terminé les conditionnelles, ne parlons plus de steaks frites 🙂

    • Merci Catoneo!
      J’avais pensé à une solution équivalente, mais je me suis demandé si quelques esprits tordus n’allaient pas en faire un business.
      Exemple: j’envoie un gars tuer quelqu’un en France, il se prend 20 ans. L’administration pénitentiaire française paie quelques dizaines de milliers d’euros à l’administration locale. Le détenu s’évade (malencontreusement évidemment) et l’administration corrompue garde l’argent.
      On pourrait imaginer un système de contrôle pour vérifier que les gars fassent leur peine, mais quand je vois le nombre d’anciens combattants centenaires de part le monde qui continuent à toucher leurs allocations, je me dis que ce n’est pas notre fort!
      Je regarde le lien pour me faire une idée!
      Merci

  12. Intéressant manifeste qui me rappelle un peu un très bon billet de fromageplus sur le revolutionnaire de droite dont je n’arrive pas à retrouver le lien. Un programme similaire avec mesures symboles a été mis en ligne par Stan sur http://www.standelarminat.com/les2ailes

  13. en matière de surpopulation carcérale, il existe des mesures alternatives qui ne sont presque jamais employées et préconisées par Raufer comme l’éloignement, l’interdiction de fréquenter un certains nombre de personnes, l’interdiction de conduire… qui pour des délinquances de bandes peuvent permettre d’en casser la dynamique. Il reste à régler le problème des délinquants sexuels qui dans certains établissements représentent 80% de la population.

    • Certes, je suis tout à fait d’accord sur ce point. Néanmoins, cela implique que la justice rompe avec certaines de ses mauvaises habitudes. Le port d’un bracelet électronique est déjà relativement rare en regard des cas qui devraient pourtant conduire à cette mesure. Par ailleurs, pour que la mesure soit efficace, il faut impérativement que ce soient des bracelets mobiles dotés de puces GPS qui permettent de donner instantanément l’alarme en cas de non respect des restrictions. Or, à l’heure actuelle, ils n’équipent même pas 10% du parc des condamnés porteurs de bracelets électronique. La magistrature trouve cela par trop invasif pour les pôv chéris.

      Pour ce qui est des délinquants sexuels, on pourrait regarder ce qui se fait dans pas mal de pays. Déjà, on évalue les possibilités de récidive à partir de modèles actuariels aujourd’hui assez fiables, qui permettent d’évaluer la récidive dans les 5 années à venir. Si le pourcentage est inquiétant, on sort le type de taule et on le colle dans une institution psychiatrique spécialisée dans ce genre de clientèle. Bon, cela implique qu’une filière de psychiatrie criminelle soit créée, car pour l’heure ce sont des lacaniens ou des freudiens qui évaluent nos criminels, d’où les piteux résultats et les erreurs à répétition. Si le pourcentage est raisonnable, le type sort avec un bracelet GPS, des restrictions sévères et doit être suivi étroitement par un agent de probation. Là encore, nos SPIP sont pas assez nombreux, le personnel débordé. Il y a donc du taff.

  14. Il y a du bon et du moins bon ;
    je proposerai :
    – Simplicité et stabilité fiscale : le nombre des impôts et leur complexité sont réduits ; les taux, seuils, assiettes etc. sont fixés pour une durée de 5 ans sans possibilité de revenir dessus (hors éventuelle indexation sur des indices)
    – Libération scolaire, avec par exemple la mise en place du “chèque éducation”
    – Etablissement d’un revenu universel pour tous les citoyens français, de la naissance à la mort, en remplacement de toutes les aides et minimum sociaux existant
    – Cérémonie d’accueil pour les nouveaux citoyens français, ceux qui auront choisi la France et que la France aura choisi.

    • Euh.. le revenu universel ça fait un peu trotskiste, non ?
      Cela veut dire que les handicapés n’ont que ce revenu ?

    • Adrien, merci pour le bon, tant pis pour le moins bon!
      – Simplicité et stabilité fiscale: l’inconvénient de ce genre de mesure, c’est que tout le monde peut le reprendre à son compte (dont Hollande et Ayrault récemment). Des mesures comme la « flat tax » pourraient être intéressantes, mais je ne suis pas assez technique pour en mesurer les limites
      – Le revenu universel pourrait être aussi un moyen intéressant de simplifier l’administration, baisser le coût du travail, etc. Il envoie néanmoins le signal d’une société assistée qui n’est vraiment pas positif
      – Liberté d’enseignement est le vrai point manquant. Il est en fait assez illusoire de vouloir réformer l’Education Nationale. Le chèque scolaire permettrait d’atomiser le système.
      – La cérémonie d’accueil me semble plus anecdotique. On pourrait demander que tous les certificats de naturalisation soient signés de la main du Président. Ça limiterait facilement leur nombre 🙂

      • ah, je m’en doutais …
        – Simplicité et stabilité fiscale : là, ça m’embête parce que ça me semble primordial ; l’argument « tout le monde peut le faire » ne tient pas pour moi, parce que si on se cantonne seulement à ce qui nous différencie des adversaires, on se ferme un paquet de possibilité !
        – Le revenu universel est quelque chose qu’on retrouve de manière un peu transverse. Oui, ça fait « communiste » dans le sens ou ça procède de l’état providence. Mais c’est aussi le mode d’alocations le moins étatiste qui soit puisque chacun fait ce qu’il veut avec son revenu : se pochtronner, jouer en bourse, se former, acheter une télé de 72 pouces, etc. A mes yeux celà met chacun devant sa responsabilité individuelle, et limite les possibilités de se plaindre. L’état te donne autant qu’à ton voisin, pouquoi es-tu une loque alors que lui réussit ? Bien entendu chacun après reçoit également son salaire et paye des impots sur l’ensemble …
        mais bon vu que ça n’a jamais été réellement testé c’est sans doute risqué …

      • j’y revient à nouveau (sur le revenu universel) ; il est à mettre en relation avec plusieurs points de votre texte :
        – Arrêt des discriminations positives au profit de « minorités » : un citoyen, une allocation, quelle que soit sa religion, sa couleur de peau, etc.
        – Fin des subventions aux associations : les associations n’auront plus besoins de salariés, puisqu’il leur suffira de trouver des personnes se contentant de leur revenu minimum et suffisamment impliqués pour y travailler bénévolement. Bon ok les charges des assos ne sont pas uniquement salariales mais ça y contribue
        – Réduction des normes et règlements : sans commentaire ; il n’y a pas plus simple !
        – Suppression des effets de seuil : là aussi, c’est évident ; le seul seuil qui reste est le revenu minimum imposable, mais que ce soit avec une flat tax ou un impot progressif simplifié cet effet est mineur
        – Arrêt du financement public des partis : cf; associations pour les salariés des partis ; la rémunération des élus devrait aussi être reconsidérée

        J’y ajoute deux autres avantages :
        – rénumération de la mère (ou du père, pourquoi pas ?) au foyer
        – possibilité de pénaliser sans passer par la case prison pour des faits mineurs (et des faits de mineurs) vi une retenu sur le RU

        • J’avoue avoir mis le revenu universel dans la première mouture, il faisait en effet écho aux autres propositions que vous mentionnez. Je l’ai enlevé ensuite pour le signal qu’il donnait.
          Pour les détenus, je n’avais pas pensé à cela. Excellente idée qui mérite réflexion!

  15. J’ai aussi quelques petites réserves (notamment le voile, qui supprime TOUJOURS la sécurité des lieux publics), mais je salue l’initiative et m’inscris dans la discussion.

    Je n’ai pas encore lu tous les commentaires, ce que je vais dire a peut-être déjà été dit.

    J’ajoute personnellement dissolution des associations racistes (même si je comprends bien que l’arrêt des subventions mène au même résultat, sans véritablement interdire…)

    Et reconnaissance de la religion catholique comme religion liée à l’histoire de la France.
    (Pas d’accord pour mettre toutes les religions au même niveau.)
    Arrêt de la construction des mosquées (fonds publics ou non)
    Prise en charge de nos églises par le Patrimoine. et donc prise en charge publique, avec le fric que nous laisse l’arrêt de la construction de mosquées (entorse à la laïcité ^^)

    Arrêt de la vente du patrimoine de la France à des puissances étrangères.
    Arrêt de la délocalisation et au contraire, relocalisation de nos entreprises.
    Si pas contents, nationalisation…

    Renationalisation du traitement et de la distribution de l’eau, et du secteur de l’énergie.

    Interdiction des épandages dans le ciel de France.

    Revoir le statut des journalistes (indépendance, salaires, arrêt de la bien-pensance et de l’allégeance au pouvoir)

    Grand coup de balai dans la Justice (statuts, indépendance, recrutement, clauses de moralité)

    Et d’autres…

    Tout ça n’est possible qu’avec :

    « Diminution sensible des prérogatives de l’Union Européenne, pour favoriser les accords multi-latéraux de coopération »: mais vraiment très très sensible alors. Nous avons besoin de reprendre les rênes de notre pays et de ne plus nous laisser dicter notre politique par l’UE.
    Notamment, abrogation des accords de Schengen sur la libre circulation en UE, ainsi que du Traité de Lisbonne.

    • Bonjour Carine!

      Sur la religion, vous avez raison de placer le catholicisme comme religion « historique », cela permettrait de sortir de la contrainte de la laïcité, qui demande le même traitement pour tous. Personnellement, ça ne me gêne pas de voir des juifs orthodoxes en grande tenue dans Paris. Si j’accepte cela, je dois aussi accepter le voile. Je comprends bien qu’il y a la question du nombre (les juifs n’étant pas prosélyte, peu de chances de voir la France entière en grands chapeaux noirs), mais la cohérence d’ensemble en souffrirait.

      Sur l’arrêt des délocalisations, je ne pense que ça soit possible par voie légale. En donnant un cadre fiscal et légal stable aux entreprises, en réduisant le coût du travail (essentiellement sur les charges, pas sur les salaires), etc. Par la loi, nous nous fourvoierons.

      Pour les journalistes, c’est comme pour SOS Racisme. La fin des subventions les tuera. Pas besoin d’imposer quoi que ce soit.

      Pour la justice, le coup de balai est assez simple. Une évaluation stricte de qui juge en fonction de la loi (pas de ses opinions personnelles) fera apparaître les mauvais juges. Je ne fais pas de chasse aux sorcières, juste aux mauvais (le recoupement est sans doute large, je vous le concède)

      Enfin, vous relevez mon incohérence sur l’Europe. Je parle de baisse sensible en bas du texte, mais de dénoncer tous les traités depuis Maastricht (donc Shengen et Lisbonne). La baisse sensible est en fait très violente!

      • Bonjour François
        Excusez mon impolitesse !
        Merci de votre réponse.

        « Je parle de baisse sensible en bas du texte, mais de dénoncer tous les traités depuis Maastricht (donc Shengen et Lisbonne) »
        Si vous voulez bien préciser.
        Je crois qu’il manque un mot.

        • Pas d’impolitesse entre nous, juste la joie de vous revoir (après ma parenthèse de logisticien militant).
          Pardon, ma phrase est effectivement incompréhensible.
          Je parle d’Europe dans 2 endroits différents:
          – une première fois en disant que tout dégage à partir de Maastricht et traités suivants
          – une deuxième fois en demandant une baisse sensible des prérogatives de l’Europe
          Bref, je parle deux fois de la même chose, ce qui n’est pas propre dans un billet, et en plus la première fois je suis précis, la deuxième fois je ne le suis pas.
          Donc normal que vous n’ayez pas suivi. Désolé!

  16. A reblogué ceci sur Décadence de Cordicopoliset a ajouté:
    François d’avant pour ne pas confondre avec Fds a élaboré un précis (au titre évoquant l’ouvrage de Rioufol) sur ce qu’est être réactionnaire en 2014 selon lui.
    Ce billet est intéressant et les commentaires qui lui sont associés itou, sachant que de nombreux intervenants sont les tenanciers avisés d’établissements de ma blogroll, c’est-à-dire des animateurs de l’horrible réacosphère tant décriée par nos amis gauchistes lecteurs de Libé et des Inrocks.
    Voici deux remarques que j’ai laissé chez ce cher François :
    1- le terme réactionnaire n’est pas à bannir à mon avis de notre champ lexical et veut tout simplement évoquer le fait que nous sommes « en réaction » au système de valeurs actuel, et que notre désaccord prend racine dans notre histoire, qu’il est fondé sur certaines valeurs séculaires issues du passé mais surtout issues de l’expérience des anciens après des siècles de réflexions.
    2- comme il me semble l’avoir déjà écrit sur le blog de Skandal qu avait édité cette phrase de Romain Gary il y a un moment : « Le patriotisme c’est l’amour des siens, le nationalisme c’est la haine des autres. »
    Il me paraît une erreur de mettre ces deux termes en oppositon, il n’y a pas vraiment de différence entre eux.
    Romain Gary n’a cherché qu’à faire un bon mot et il a réussi (il faut l’admettre, la phrase est assez réussie) mais sur le fond, il est dans l’erreur !
    Il suffit d’aller voir les définitions de ces deux mots qui sont considérés comme synonymes.
    Le patriotisme est en fait l’attachement sentimental à sa patrie se manifestant par la volonté de la défendre, de la promouvoir.
    Le nationalisme est plus l’aspect doctrinaire du patriotisme, basé sur l’exaltation de l’idée de nation et sur la conscience d’appartenir à une même communauté par la langue, la culture…

Rétroliens

  1. Le manifeste réactionnaire 2014 | Temps ...
  2. Nous n’avons pas à avoir honte d’être réactionnaires | Noix Vomique
  3. UMP & genre : cynisme honteux
  4. Le bonheur d’être réac | Noix Vomique

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :