Le nazisme est moderne…

Excellent article dans Libération (!) sur les ambivalences du progressisme. Michaël Foessel, professeur de philosophie à l’école Polytechnique, a lu l’essai de l’historien allemand Götz Aly, les Anormaux (Flammarion)

PaulNitscheGötz Aly compte parmi les meilleurs spécialistes du nazisme et de la Shoah, mais son travail n’est pas seulement celui d’un historien.

Sa thèse est que le national-socialisme, loin d’être un phénomène antimoderne, accomplit certaines des tendances les plus fortes de la modernité : hygiénisme militant, promotion du «progrès» même par la violence, rationalité instrumentale, efficacité bureaucratique.

Petite illustration avec Paul Nitsche, le principal responsable médical de l’euthanasie forcée. Avant de mettre sa science au service des SS, il fut un psychiatre réformateur, soucieux du bien-être des patients et partisan d’une politique du soin bannissant l’usage de la camisole de force et des châtiments corporels. Bah oui, parce que la dignité, ça mène à tout…

Autre exemple avec l’étude scientifique des enfants handicapés (lu ici)

Le 19 août 1939, deux semaines avant le début du conflit mondial, les sages femmes, accoucheurs et médecins sont tenus par décret de signaler toute naissance d’enfants handicapés. Ce décret est rétroactif et concerne les enfants jusqu’à l’âge de trois ans. Il sera étendu courant 1941 aux enfants jusqu’à 16 ans.

Médecins et sages femmes sont tenus de lister sur dossier lors de la naissance les enfants :

  • Idiots ou mongols ;
  • Sourd muets ;
  • Souffrant de microcéphalie ;
  • Souffrant d’hydrocéphalie ;
  • Souffrant de malformations, de toute sortes (crâne, membre, colonne vertébrale…)
  • Souffrant de paralysie des membres…

Les dossiers sont transmis au service médical « Reichsausschuß », où deux médecins responsables de l’euthanasie des enfants, les examinent et décident. Plus tard on fera appel à d’autres « experts », qui décident de la vie et de la mort des enfants, sans même les voir.

L’euthanasie débute immédiatement après l’entrée en guerre avec l’assassinat de ces enfants. La mise à mort se fait par injection d’une surdose de phénobarbital, connu sous le nom de « Luminal », ou de véronal ou encore de morphine ; on tue aussi en laissant les enfants mourir de faim (Vincent Lambert, si tu nous lis…). La loi prévoit l’accord des parents ; mais ceux-ci sont très rarement consultés et ne connaissent pas le sort de leur enfant. Les certificats de décès parlent systématiquement d’une mort « naturelle » suite au typhus, à une pneumonie, à la tuberculose.

Tous les enfants désignés pour l’élimination ne sont pas immédiatement tués. De nombreux enfants servent des mois durant à la recherche scientifique.

L’euthanasie des malades mentaux est le seul crime de masse que les nazis durent (provisoirement) interrompre à la suite des protestations de l’Eglise catholique. Le sermon de Mgr Clemens August von Galen, évêque de Münster, stigmatisait le meurtre des aliénés : une telle «mise à mort est un grave péché, qu’il s’agisse de l’enfant dans le ventre maternel ou des personnes âgées, déficientes et aliénées». En conformité avec le caractère sacré de la vie sous toutes ses formes, le prélat a condamné l’avortement dans les mêmes termes que l’euthanasie forcée des malades. Götz Aly, qui est catholique, n’hésite pas à rappeler que seule une croyance prémoderne a réussi à faire reculer Hitler.

Notre civilisation s’apprête à mourir, dans l’indignité…

Publicités


Catégories :Histoire, Société

Tags:, , , , , ,

5 réponses

  1. A reblogué ceci sur Le Petit Conservateur Palaisienet a ajouté:
    Tout à fait d’accord avec l’ami Droite d’avant. Le nazisme l’expression la plus brute, au sens de « pure », du progressisme. On y retrouve la lutte contre l’obscurantisme religieux contrebalancée par une fascination pour l’islam, les préoccupations hygiénistes (la femme allemande ne fume pas !), la volonté de faire disparaître les « anormaux », le refus du conservatisme même si l’exercice du pouvoir pousse à devoir composer avec, l’obsession du social, etc.

  2. Ha…..
    Faut être passé au moins une fois au staff d’ante-natal
    Heureusement que je fais plus que de la cancéro

  3. Un billet qui devrait vous intéresser, retrouvé grâce à un commentaire de l’autre amiral sur mon blog : http://leconservateur.bafweb.com/index.php?2007/10/09/973-le-nazisme-comme-produit-des-lumieres

    • Très intéressant ainsi que le blog. Son auteur a définitivement arrêté?
      Un aspect sur la filiation entre les Lumières et les totalitarismes réside dans le fait que le bien et le mal sont différenciés comme ceux qui sont dans les Lumières et ceux qui sont dans l’Obscurantisme.
      La partie de l’humanité à l’ombre s’exclut de l’humanité, et peut ainsi être massacrée.
      La philosophie classique et la révélation de la Genèse nous apprend que c’est dans le cœur de chaque homme que se cache cette frontière. Nul ne peut être exclu de l’humanité, malheureusement parfois 😉

      • L’auteur a effectivement arrêté après 4 ans de bons et loyaux services. Il a quand même souhaité garder le blog ouvert afin que chacun puisse y piocher et faire son miel. Il a été un des blogueurs les plus intéressants que j’ai pu lire. J’avoue que je suis parfois saisi par le doute, la lassitude, l’impression de crier dans le vide. Mais jusqu’à présent, j’ai toujours trouvé de quoi espérer, continuer et de nouveaux lecteurs viennent, laissent des commentaires qui me poussent à persévérer.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :