Travail du dimanche: non possumus

Finalement, la polémique sur les ouvertures de Castorama le dimanche est politiquement beaucoup plus instructif que le débat sur les Roms.

Sur les Roms, tout le monde se retrouve sur ses rangs habituels. La Droite fait semblant de prendre des airs martiaux, alors que la Gauche prône la générosité. Quelques franc-tireurs, sûrement téléguidés par l’état-major du Parti, essaient de ramener les quelques pourcentages qui font basculer une élection en prétendant brouiller les lignes.

La fracture est autrement plus réelle sur le travail du dimanche. Tentative d’explication qui devrait me brouiller avec la moitié de la réacosphère.

1. Les arguments des Pour (largement inspiré du billet de Corto)

a. Liberté

Laissons les gens libres de faire les courses quand ils veulent ou quand ils le peuvent. Laissons les gens travailler quand ils le souhaitent, quand ils le peuvent. Laissons les étudiants qui saisissent ce type d’opportunités mettre un peu de beurre dans les épinards. Donnons au bricolage autant de chances qu’au jardinage. Rafraîchissons notre archaïque code du droit du travail. Laissons les patrons s’accorder avec leur salariés, magasin par magasin, entreprise par entreprise.  Envoyons paître ces syndicats qui ne défendent plus qu’eux-mêmes. Libérons la responsabilité et laissons à chacun la possibilité de travailler, s’il le souhaite, la nuit ou le dimanche. La loi empêche ceux qui le souhaitent de travailler le dimanche ou la nuit, changeons la loi.

b. Nécessité

Sommes-nous dans une situation qui autoriserait ceux qui ont un boulot à refuser à ceux qui en n’ont pas de travailler quand bon leur semble ou quand un poste se crée le dimanche, le soir ou la nuit au Casto du coin ou chez Sephora ? Non ! Sommes-nous bien le pays qui compte plus de 5 millions de chômeurs, toutes catégories confondues ? Oui !

c. Cohérence

Quelle cohérence de fermer certaines enseignes mais pas d’autres? Pourquoi les boulangers ou les cafés devraient-ils rester ouvert, mais pas les magasins de bricolage? Est-ce qu’Amazon ne travaille pas 24 heures par jour, 7 jours sur 7?

Au nom de la cohérence, laissons à chacun le choix d’ouvrir le dimanche ou pas

2. Les arguments des Contre

a. Le jour du Seigneur

Pas besoin de tortiller. Les trois grandes religions ayant un jour chômé, pour se conformer au repos de Dieu le septième jour, nous devons aussi respecter ce jour de repos. La France étant un pays essentiellement chrétien, ce jour tombe le dimanche.

Souviens-toi du jour du repos, pour le sanctifier. Tu travailleras six jours, et tu feras tout ton ouvrage. Mais le septième jour est le jour du repos de l’Éternel, ton Dieu: tu ne feras aucun ouvrage, ni toi, ni ton fils, ni ta fille, ni ton serviteur, ni ta servante, ni ton bétail, ni l’étranger qui est dans tes portes.

Car en six jours, l’Éternel a fait les cieux, la terre et la mer, et tout ce qui y est contenu, et il s’est reposé le septième jour: c’est pourquoi l’Éternel a béni le jour du repos et l’a sanctifié.

Chez les chrétiens, les tables de la Loi sont les seules paroles directement dictées par Dieu. Il n’y a que 10 commandements. Celui du repos est mis au même niveau que le meurtre, l’adultère et le faux témoignage. Bref, les chrétiens devraient considérer ce commandement assez sérieusement.

De plus, ce commandement est précis: le repos est collectif. Même le boulanger ferme, et le touriste devra aussi faire les courses le samedi.

b. Temps familial

C’est l’argument des chrétiens un peu honteux. Que l’on ait la Foi ou pas, que la Religion soit révélée ou non, il est possible de tout retranscrire dans une sorte de Loi Naturelle. Si vous ne croyez pas à la révélation, laissez-nous le bénéfice du doute en considérant la Religion comme une série de réponses plausibles aux interrogations fondamentales de l’Homme, et la Loi comme un accumulé de sagesse populaire qui faciliterait la vie en société.

Ainsi, les Juifs et les Musulmans ne mangeraient pas de porc parce que cette viande se conserve mal sous de chaudes latitudes. Cette sagesse populaire aurait été retranscrite dans la Loi pour permettre son application immédiate. Idem pour l’hygiène très présente dans les recommandations de ces deux religions.

On pourrait utiliser le même raisonnement pour le repos dominical. Je citerai ce billet publié sur Le Rouge et le Noir, qui insiste sur le rôle social du jour chômé commun:

Mais qu’en est-il si le prix à payer est que les familles ne peuvent plus jamais avoir une journée ensemble parce que les écoles et les emplois de chaque parent ne ferment pas le même jour ? On aura, une fois encore, gagné une mince commodité matérielle et perdu une rencontre essentielle, vitale, pour la famille, chacun de ses membres et surtout, la société tout entière… […] Faut-il sacrifier sur l’autel d’un gain matériel les fondements de ce qui reste de pacte social entre nous ?

c. Contre l’esclavagisme moderne

Je reprends ici un communiqué de presse du Parti Socialiste (2009), qui résume cet argument

En réponse à la grave crise économique qui sévit actuellement, la droite a comme seule réponse des reculs sans précédent sur le droit du travail. […]. A rebours des discours lénifiants de la majorité, pour l’extrême majorité des salariés, il n’y aura ni volontariat ni contrepartie au travail dominical qui leur sera imposé sous peine de sanction, jusqu’au licenciement.

La mise en avant du volontariat pour quelques zones qui se comptent sur les doigts d’une main relève de la tromperie. Quel demandeur d’emploi exprimera son refus de travailler le dimanche au moment de l’entretien d’embauche ? Le texte ne prévoit en outre aucun droit de retour automatique à un poste sans travail dominical. La majorité crée ainsi le volontariat obligatoire !

Le Parti socialiste s’oppose avec force à ce recul social extrêmement préoccupant pour les droits des salariés. Il s’y oppose pour les mêmes raisons que lors des débats sur le premier texte présenté en décembre 2008. Les critiques restent les mêmes. Pour le Parti socialiste, le travail du dimanche est :

–    inefficace sur le plan économique
–    dangereux pour les salariés
–    néfaste pour la vie sociale (le deuxième argument, celui que j’ai appelé un peu rapidement des « chrétiens honteux »)

On notera avec sourire que l’idéologie du Parti Socialiste a ceci de commun avec le Coran est que certains versets sont abrogés par d’autres plus récents!

3. Qui sont les camps qui s’affrontent?

Pour les gens qui ne se sont pas décidés sur la foi des arguments présentés ci-dessus, je conseille l’outil idéologique sûr évoqué par Jacques-Étienne dans ce billet: l’anti-boussole. Jacques-Étienne regrettait sincèrement la retraite politique de Noël Mamère dans le sens où ce dernier, par ses prises de positions, indiquait très clairement le chemin à ne pas suivre. En voyant les gens qui s’engagent pour ou contre, vous pourriez décider dans quelle direction ne pas aller.

a. Les Libéraux

Je vais mettre le dernier dessin de Plantu qui exprime bien la teneur de ce camp. Pour ceux qui vivraient sur une autre planète, Plantu est le dessinateur attitré du Monde depuis quelques décennies. Ses dessins sont donc l’incarnation de la gauche majoritaire.

PlantuOn voit bien dans ce dessin que les ennemis sont les fanatiques religieux (traditionnellement en France les réactionnaires catholiques – Plantu a dû beaucoup hésiter entre mettre un barbu ou un curé en soutane) et les fanatiques syndicalistes (les socialistes originels pour reprendre l’expression de Michéa).

Quelques commentaires sur les ficelles de la propagande de Plantu: les méchants sont moches (voir l’éclairant texte de Jean-Rémi Lanavère sur la violence inhérente à la vision des Lumières), ils se ressemblent dans leur haine. Les victimes sont des femmes, pour aider les gens à comprendre que les agresseurs sont vraiment des méchants (un coup sur la tête de la famille patriarcale au passage).

Ce dessin de Plantu a été largement relayé sur les réseaux sociaux par des militants de droite. La droite Valeurs Actuelles, au nom de la liberté économique, marche ainsi main dans la main avec Le Monde.

Globalement, ils disent conjointement qu’il est interdit d’interdire. Les gens sont assez grands pour choisir leur mode de vie, de leur temps de repos et de retrouvailles. Les gens qui chercheraient à placer des limites sont des petits chefs fauteurs de guerre.

b. Les enracinés

C’est l’alliance improbable des marxistes et des réactionnaires, qui s’accordent sur quelques points fondamentaux: il est possible d’interdire (finalement, il existe un Bien ultime qu’il est sain de rechercher), et les arguments économiques sont seconds en politique, la société étant prioritaire (parfois au détriment des individus). Enfin, l’Homme nait avec certains déterminismes que l’on peut combattre, mais pas au détriment d’autrui. L’enracinement dans une société donnée crée des devoirs vis-à-vis de la communauté. Autrement dit, le regard de l’autre est une bonne indication de sa valeur morale.

Je m’arrête quelques instants sur les arguments économiques: mon premier cours de micro-économie commençait par cette phrase « les individus sont supposés rationnels »; j’ai compris que les théories économiques tenaient plus de l’incantation que de la science. Aujourd’hui, il n’est pas démontré que les ouvertures de magasins le dimanche créent plus d’emplois. Ils pourraient simplement en décaler en augmentant les plages de travail. Vu la situation de l’emploi en France, tout salarié devrait préférer un travail le dimanche que pas d’emploi du tout. Est-il réellement libre de choisir de travailler le dimanche? Si les gens devaient faire leurs courses le reste de la semaine, cela diminuerait-il leur consommation et le taux d’emploi en France?

La société prime sur l’individu, c’est là l’argument souverain des Libéraux pour dénoncer cette alliance conservatrice qui conduirait à tous les despotismes, massacres et destructions. La aussi, je renverrai à l’argument de cohérence. Si chaque individu est libre de choisir son mode de vie, au nom de quoi refuser le Mariage Pour Tous? Y auraient-ils des comportements meilleurs que d’autres, que la société se doive de protéger et d’encourager, y compris au détriment de certains individus? Au nom de quoi limiter le temps de travail (même à 100 heures par semaine), puisque tous les salariés sont volontaires? Au nom de quoi essayer de diminuer les divorces (le texte de Frédéric Lordon étant évocateur quant aux connexions libérales-libertaires de l’émancipation généralisée), si c’est la volonté des deux parties?

4. Non possumus

Puisqu’il serait interdit d’interdire, la société se refuse désormais à toute promulgation du Bien. Et de n’avoir que nos yeux pour pleurer devant le développement du Mal. Et nous sommes condamnés à assister à la désagrégation sociale, à l’esclavagisme généralisé, à la perte d’un simple espoir d’une vie meilleure. Nous serions condamnés à la fin de l’Histoire, pas celle du monde, juste la notre. Un suicide collectif. Non possumus.

Publicités


Catégories :Economie, Idéologie, Société

Tags:, , , , , , , ,

8 réponses

  1. Je suis contre le travail le Dimanche, sauf dans les cas où il existe hélas déjà, par nécessité absolue (restos, hôpitaux, transports…).

    Parce que je ne veux pas que le jour de repos hebdomadaire passe au Vendredi…
    On nous prépare pour la suite.

    • Je vous crois trop pessimiste. Je ne pense pas que la suppression du dimanche soit pour mettre le vendredi à la place. Faire de la place au vendredi et au samedi, peut-être en effet.

      Pour revenir sur votre question de la nécessité, autant je suis d’accord pour dire que les services publics doivent rester ouverts les dimanche (on meurt aussi ce jour-là), je suis plus circonspect sur les restaurants. Au nom de quoi les laisser ouverts et pas les supérettes? Si les supérettes, pourquoi pas les hypermarchés? Etc.

  2. Je suis opposé à la suppression du dimanche car elle serait une étape supplémentaire dans l’indifférenciation temporelle qui est déjà bien avancée. Si il n’y a plus de dimanche, il n’y a plus qu’une suite de jours rigoureusement indiscernables. Le dimanche bat la mesure de la semaine. Si on nous supprime le dimanche, je pense qu’on va rapidement nous renommer les jours de l’année de 1 à 365. Je vois bien Barroso mettre ça en place.
    J’ai écrit un article sur l’indifférenciation du temps et de l’espace et sur la suppression du dimanche.

  3. Je vous suggère VIVEMENT de fermer votre blog de termite Freya sans quoi je me verrais obligé de le dénoncer sur mon site comme cryptojuif

Rétroliens

  1. Mais dites-moi, ils ne seraient pas un peu réactionnaires, les syndicats? | Noix Vomique
  2. Travail du dimanche : c’est reparti comme en 1892 | Sciences Vincent

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :