Quand Benoît Hamon, socialiste pur et dur, verse dans le mercantilisme le plus vil

Je suis un insondable optimiste. Je crois encore à la vertu et à la cohérence intellectuelle. Ce sont même des qualités que je traque chez nos hommes politiques. C’est ainsi que je n’attends rien de Fabius, Moscovici, Duflot, Coppé et Lemaire.

benoit-hamon

En revanche, j’aimais bien Benoît Hamon, malgré les divergences fondamentales de nos idées politiques. Gros naïf que je suis. L’ami Benoît s’est vautré à son tour cet été dans le mercantilisme le plus vil.

Lors des discussions autour de la loi de consommation, censée protéger le consommateur, Benoît Hamon s’est fait le VRP de … Canal+. Alors que des élus souhaitaient revoir les conditions de désabonnement de Canal+ (on ne peut se désabonner qu’à la date anniversaire du contrat, sinon reconduction tacite du contrat), Benoît Hamon a pris son bâton de pèlerin pour faire la belle déclaration suivante:

« Afin de proposer des contenus attractifs, les opérateurs doivent engager d’importants investissements pour l’achat de films, de séries ou de sport, de surcroît dans le cadre le plus souvent de contrats pluriannuels. Les investissements sont mutualisés sur une base annuelle entre les différents types de contenus et sur l’ensemble du parc des abonnés […] La structuration des offres en contrats annuels permet de ne pas supporter de trop forts volumes de résiliation durant les périodes de trêve des championnats sportifs ou à la fin de la diffusion d’une fiction, ce qui permet de lisser le prix des abonnements et d’assurer l’équilibre économique des offres ».

Le responsable marketing de Canal+ n’aurait pas dit mieux.

De plus, il faut protéger les copains de l’arrivée des méchants qataris, quitte à fustiger l’étranger et à instaurer une préférence nationale de circonstance.

Ainsi rendre trop facile la libération des consommateurs « serait de nature à accroître fortement le taux de résiliation qui est déjà en augmentation depuis deux ans dans un secteur marqué par l’arrivée de nouveaux acteurs. Certains d’entre eux s’offrent les droits de retransmission d’un certain nombre de compétitions sportives avec des réserves de cash considérables qui leur donnent la possibilité de proposer des tarifs d’abonnement extrêmement accessibles. Ceux-là ne se fixent pas les mêmes obligations en termes de financement de la diversité culturelle et des productions cinématographiques. Nous sommes tous d’accord, me semble-t-il, pour faire en sorte que les acteurs publics et privés contribuent à financer la culture et la création dans ce pays. »

Appliqué au corps social, Marine Le Pen n’aurait pas dit mieux.

Donc, pendant que l’économie française s’écroule, Benoît Hamon décide de protéger une entreprise privée, remplie il est vrai de bons idéologues qui tournent en dérision tout ce qui est sérieux, qui prêche la bonne conscience tolérante d’accueil de l’autre, d’émancipation individuelle et de libéralisation des mœurs, et qui finance il est vrai aussi tous les autres copains du cinéma français. Bref, Benoît Hamon vient d’échanger sa conscience politique contre une rente de situation.

Tout socialiste authentique qui soutient ce gouvernement est donc un social-traître.

Publicités


Catégories :Economie

Tags:, , , ,

1 réponse

  1. attends, apprécier un mec du PS ? Un bon socialiste est un socialiste mort !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :