Notes de lecture: Impasse Adam Smith, de Jean-Claude Michéa

Je l’avoue d’entrée, j’aime bien Jean-Claude Michéa. Un homme qui tire aussi brillamment sur ce qui semble être à première vue son camp montre une liberté d’esprit peu commune de nos jours.

Michéa - Impasse Adam SmithJe viens donc de finir son livre Impasse Adam Smith, Brèves remarques sur l’impossibilité de dépasser le capitalisme sur sa gauche.

La thèse centrale du livre est simple. La Gauche, depuis ses commencements historiques, s’est toujours présentée comme la seule héritière légitime de la philosophie des Lumières, le parti du Mouvement (opposé donc au parti de l’Ordre), le lieu de rassemblement naturel de toutes « les forces de Progrès » et de tous les partisans du changement.

Or selon Michéa, le Progrès et la Modernisation, c’est du flan. L’aboutissement des Lumières, c’est forcément l’individualisme libéral, joliment représenté en économie politique par Adam Smith. Militer à gauche aujourd’hui, c’est parachever le plan d’Adam Smith pour l’humanité. Pour ceux qui ne comprennent pas, il leur conseille de lire les œuvres complètes de Jacques Attali…

Pourtant, Michéa n’a pourtant pas décidé de militer à droite pour lutter contre cette philosophie. Il propose de redécouvrir le socialisme originel, qui puise à une source philosophique différente de la Gauche.

1. Qu’est-ce qui cloche dans la philosophie des Lumières?

La Raison est la condition nécessaire et suffisante pour conduire une réorganisation totale du genre humain (qui sortait juste d’une guerre de religions, dont plus personne ne voulait). La Raison se décline forcément dans une science qui pourrait expliquer les mécanismes humains d’échange et de commerce pour parvenir à un optimum.

Nos philosophes ont donc identifié une loi naturelle pour l’homme, comparable à la loi de l’attraction universelle pour le physicien, c’est que l’homme cherche son intérêt. Cet intérêt est d’autant mieux compris que l’homme est libéré de tout préjugé, de toute superstition et de toute passion négative. L’Ancien Régime demandait que les hommes se comportent comme les Saints de l’Évangile ou les Héros de l’Antiquité, c’est fini, il suffit en fait de chercher son intérêt. Voilà la loi universelle de la science sociale.

Une fois fait table rase de son passé obscurantiste (car non rationnel), la société deviendra pacifique, prospère et heureuse. On voit le résultat!

2. Comment le socialisme originel s’est laissé berner par la Gauche?

Pour « écraser les puissances de l’Ancien Régime (l’Armée, l’Église et la grande propriété foncière), contre les privilèges et préjugés inacceptables, sur lesquels ces puissances traditionnelles fondaient leur domination », les socialistes se sont alliés aux Libéraux (la Gauche). Cette alliance se serait ressuscitée au moment de l’Affaire Dreyfus, pour essayer d’exterminer le ventre encore fécond de la bête immonde. En quelques sortes, le Rouge et le Bleu du drapeau français auraient finalement liquidé le blanc. Sauf que le Rouge se rend compte que la représentation politique (Front de Gauche, PS, UMP and Co) est entièrement bleue. Bref, qu’ils se sont fait rouler.

3. Qu’est-ce que m’a plu dans la théorie de Michéa?

La destruction du mythe des Lumières et de ses héritiers (Attali, Peillon…) est savoureuse, la démonstration que libéralisme moral et libéralisme économique vont de paire et sont indissociables (alors que beaucoup de gens de gauche ou de droite voudraient l’un sans l’autre ou l’autre sans l’un), la nécessité du déracinement, de la mobilité, de l’arrachement à sa filiation et à sa langue pour survivre dans le monde moderne, la critique du jeunisme contre la volonté de devenir adulte et la culpabilité de la société du spectacle qui supporte le système.

Bref, Michéa est un réactionnaire de gauche, pas dans le sens où tout était mieux avant, mais que certains éléments balayés par la Modernité devraient être restaurés.

4. Ce que je souhaiterai dire à Michéa

Non, Jean-Claude, les forces obscures de l’Ancien Régime ne sont pas mortes. Les manifestations anti-mariage gay en sont la preuve. La droite opposée aux Lumières existe toujours (les Blancs, selon vous). Ensuite, l’Ancien Régime n’est pas le triptyque Armée-Église-grande propriété foncière. Jacques Bainville avait bien montré dans son Histoire de France que le trône a toujours été en opposition avec ses féodaux, les grands propriétaires fonciers. Ces derniers sont les Orléanistes, des Bleus. Il y avait une lutte des classes importantes chez les aristocrates, le Roi étant populaire chez les nombreux hobereaux de province, moins chez les possédants.

La common decency des classes populaires, chère à Orwell, n’est-elle pas aussi le résultat de siècles de l’Ancien Régime et de dissémination des principes chrétiens? Vous prenez l’exemple du village moyen-âgeux pour prouver que les interactions humaines étaient apaisées. Une étude plus poussée sur le monde pré-1789 vous ferait prendre conscience que ce n’était pas non plus l’enfer annoncé et que les dominations n’y étaient pas aussi violentes que votre imaginaire ne se le représente. Ne s’agirait-il pas d’un autre mythe fondateur de la gauche qu’il faudrait reconsidérer?

Les classes dominantes ne sont pas tout cyniques, corrompues et malhonnêtes. La force du système est d’exploiter la majorité des cadres nomades sans que ces derniers se rendent compte de leur rôle dans la désagrégation de l’humanité.

Enfin, une précision économique. Les utilitaristes incluent, il me semble, les éléments comme le don dans leur concept d’intérêt. L’utilitarisme ne pose pas de jugement moral sur le don, mais conclut que si les gens le font, c’est qu’ils y trouvent un intérêt (ça les met en paix avec eux-mêmes, par exemple). Au final, une société qui promeut les comportements bons (politesse, entraide, décence) ne seraient-elle pas intrinsèquement meilleure, quel que soit son système politique?

5. Pour finir (parce qu’une liste doit toujours finir par un nombre impair)

Je suis d’accord avec Michéa pour éteindre les Lumières et ses conséquences. Il est temps que les Rouges et les Blancs tapent conjointement sur les Bleus (en espérant qu’on arrive à berner les Rouges in fine).

Publicités


Catégories :Bibliothèque, Idéologie

5 réponses

  1. Tiens, je m’apprête moi aussi à publier quelque chose sur Michéa (enfin, pas immédiatement, mais c’est dans mon frigo). J’ai beaucoup moins de bien à en dire que vous, pour le moins.
    Ce que je lui reproche surtout, c’est de ne pas faire l’effort de lire sérieusement.
    Dire par exemple que « La Raison est la condition nécessaire et suffisante pour conduire une réorganisation totale du genre humain (qui sortait juste d’une guerre de religions, dont plus personne ne voulait). » n’a simplement aucun sens s’agissant d’un auteur comme Adam Smith (je sais bien que c’est vous qui paraphrasez Michéa, mais pour les besoins de la cause je ferais comme si c’était lui).
    En fait cette caractérisation s’appliquerait assez bien aux « intellectuels » dont parle Tocqueville dans L’Ancien régime et la révolution, « intellectuels » qui étaient fort peu libéraux, au sens ordinaire du terme, mais très dirigistes (« étatistes » dirait-on aujourd’hui).
    Smith, Hume, Locke, Montesquieu et tutti quanti c’est tout autre chose.
    Bon, je dis ça rapidement, évidemment.
    (En passant : il semblerait que votre blog ait un problème de flux d’actualisation. Ce n’est pas ce billet qui s’affiche sur les blogrolls)

    • La tentative de synthèse (paragraphes 1 et 2) n’était probablement pas assez bonne et je ne suis pas sûr que Michéa fasse la confusion que vous évoquez. Les philosophes des Lumières veulent mettre au jour une société nouvelle, guidée par la raison. Là où Adam Smith vient aider, c’est qu’il promeut une théorie économique jugée rationnelle pour organiser cette refonte (même si ce n’est pas son intention, comme vous le soulignez). L’amour des Lumières pour les physiocrates est dans ce sens assez parlant.

      Ce que j’aime bien chez Michéa, c’est sa façon de lier libéralisme économique et libéralisme moral, et que beaucoup d’électeurs ne l’ont toujours pas compris. C’est ce qui fait que je ne suis pas libéral, le libéralisme des mœurs m’étant assez étranger. Je suis trop enraciné pour être moderne, et le monde qui bouge très vite me fatigue (et j’ai donné dans ce milieu-là).

      Trouver chez un type de gauche une critique de la Philosophie des Lumières, de l’idéologie du Progrès et du Mouvement permanent, voilà qui me satisfait pleinement.

  2. Tout comme vous je trouve que Michéa développe des idées intéressantes. Cependant, je lui préfère très nettement Christopher Lasch qui a pour lui d’avoir défriché ce terrain avant Michéa et d’être encore plus critique que lui, tout en étant de gauche. Encore que le concept de gauche pour un américain ne soit pas aussi radical que chez nous.

    • Ca tombe bien, j’en ai trois dans ma pile de livres à lire! Je vous dirai ce que j’en pense après lecture.
      L’inconvénient majeur est que plus on lit, plus on se dit qu’on n’a rien lu!

    • Je suis bien d’accord avec vous, et d’ailleurs, même Michéa en a conscience puisque dans son avant-propos de « Culture de masse ou culture populaire ? » (p.15), il écrit : »…confère aux écrits de Lasch leur originalité rafraîchissante; (…) Vingt ans après, je ne vois pas grand-chose à reprendre à cette déconstruction. En vérité, j’avoue même être assez curieux de ce qu’il faudra encore inventer (silence ou calomnie)aux infatigables spins doctors du Monde et de Libération pour, une fois d plus, essayer de désamorcer la critique de Christopher Lasch de l’Ordre qui les fait vivre et assure leur confort intellectuel. »
      J’apprécie énormément la chute !
      Je pense alors à tous ces empaffés d’Askolovitch, de Demorand,…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :