La droite est sociale

La droite historique, enracinée, a quasi entièrement disparu de la scène politique française. Elle a pourtant un corpus idéologique complexe qui répond à quelques unes des interrogations du monde moderne.

La droite partage avec la droite libérale (orléaniste) le goût de la liberté
La droite croit en la liberté individuelle, à la propriété privée et au mérite. Gagner de l’argent par le fruit de son travail est une chose bonne, dans la mesure où le travail est orienté dans le sens du bien commun.

La droite partage avec la droite bonapartiste le sens de l’autorité
La droite croit que chacun joue un rôle dans la société, et que servir un chef est aussi digne que pour un chef de servir son peuple. La loyauté et le courage ne sont pas des options, et il n’est pire déshonneur que de faillir à ses engagements.

La droite partage avec les écologistes le respect de la Création
Nos grand-parents étaient de plus grands écologistes que Cécile Duflot. Une faible consommation de produits à « obsolence programmée », le souci de réparer plutôt que de racheter, et l’impérieuse nécessité de ne rien gacher. Non pas par souci de réduire son empreinte carbone ou de limiter le réchauffement climatique, mais par respect pour le travail des agriculteurs et artisans, ainsi que par la vision que la dévotion religieuse passait par le respect de l’oeuvre divine la plus visible, la Création.

La droite partage avec les socialistes le souci du plus pauvre
La droite croit que plus les responsabilités sont élevées, plus la richesse et les propriétés sont grandes, plus l’exigence de mise à disposition des autres, et en particulier des plus faibles, est grande. La question de l’utilité des biens est primordiale, le but étant d’augmenter le rendement social plus que le rendement financier.

La droite partage avec les communistes l’idée que le marché ne peut pas tout régir
Les questions éthiques posées par l’ouverture de la GPA montre bien que la droite traditionnelle est viscéralement opposée à la marchandisation de l’être humain. En poussant le raisonnement plus loin, la droite est opposée à la marchandisation de ce qui est nécessaire à la vie de l’être human. Ainsi, le contrôle exercé sur le commerce de grain sous l’Ancien Régime, pour empêcher les spéculations et ses possibles conséquences sur la population, ferait frémir d’horreur les libéraux de nos jours. De plus, l’interdiction des brevets, qui rendait toute technologie gratuite, préfigurait l’open source que le monde semble découvrir aujourd’hui.

Évidemment, dans ce tableau idyllique, j’ai omis pour chacune des catégories citées auparavant, les arguments qui font que nous ne pouvons pas tomber d’accord avec aucune d’entre elles. C’est l’écrasement du Blanc entre le Bleu libéral et le Rouge libertaire.

Publicités


Catégories :Idéologie

Tags:, , , ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :